Murena1« La Pourpre et l’Or » (2001) est le premier tome de la série historique « Murena ».

Nous sommes dans la Rome antique en mai 54.
L’empereur Claude assiste aux combats de gladiateurs qui luttent au milieu de l’arène. A l’issue du combat, Claude accède à la demande de son fils Britannicus de laisser la vie sauve à un esclave qui s’est particulièrement bien battu. L’empereur voudrait se rapprocher de son fils Britannicus car il regrette d’avoir adopté Lucius Domitius (futur Néron) à la demande d’Agrippine, la mère de se dernier et sa nouvelle femme. Alors que Claude mesure l’immensité de son erreur et tente d’inverser le cours des choses, Agrippine, décidée à faire monter son fils sur le trône et à s’emparer du pouvoir, intrigue… et obtiendra ce qu’elle veut : Lolia, la maîtresse de Claude est assassinée et lui-même empoisonné en mangeant des champignons, un plat dont il raffolait.

« Néron a 17 ans. Le meurtre commis par sa mère vient de le placer à la tête de la plus grande puissance au monde. Il lui avait été dit : Mesure ton ambition à celle des divinités. Toi aussi, tu seras un dieu… si tu le désires vraiment ! Ce désir, quelqu’un d’autre l’aura voulu pour lui. »


Je ne pouvais passer à côté de cette série puisqu’elle se déroule au Ier siècle de notre ère et repose sur une importante et sérieuse documentation.

Les auteurs citent leurs sources : le livre de Jacques Robichon consacré à Néron, l’irremplaçable « Guide romain antique », le « Who’s who de la mythologie », « Le Procès Néron » du grand latiniste Pierre Grimal et la « Vie des Douze Césars » de Suétone. L’interprétation de la montée au pouvoir de Néron et des rapports entre l’empereur et Agrippine est traditionnelle.

Le récit est simple, accessible à tous ceux qui voudraient aborder cette période de l’Antiquité d’une manière plus ludique. De très beaux dessins sobres, dépouillés (chaque « case » est un tableau en soi) et une écriture claire font de ce premier album un chef d’œuvre. Je me suis achetée les tomes 2 et 3 (il y en a 6 au total et pour l’instant) et vous n’avez pas fini d’entendre parler de cette série !

Très enthousiasmée, je compte aussi l’évoquer dans mon cours sur les empereurs romains quand je traduirai avec mes élèves Suétone ou Tacite.


Si vous désirez en savoir plus, je vous conseille de vous rendre sur l'excellent site « Peplum » dédié aux images de l'Antiquité, cinéma et BD.



Philippe Delaby
, né en 1961 à Tournai, entre à l’âge de quatorze ans à l'Ecole des Beaux-arts de Tournai où il fait du dessin académique. Fasciné par Ingres et les peintres flamands, il entreprend aussi la peinture à l'huile. Mais l'attirance de la BD est la plus forte, et à 18 ans, la réussite d'un concours à Mons lui ouvre les portes du "Lombard" et du succès. Ses premières planches paraissent en 1987 dans le "Journal Tintin" dans le genre qu'il apprécie le plus : l'histoire. 

Jean Dufaux, scénariste belge, né à Ninove en 1949, est diplômé de l’Institut des Arts de Diffusion de Bruxelles (IAD). Il collabore avec de nombreux dessinateurs. C’est ainsi qu’il devient le scénariste de Philippe Delaby dans la série « Murena » en 1997, publiée chez Dargaud.