Numériser0001Je connaissais Charles Bricman comme journaliste, pour avoir lu ses articles dans le journal « Le Soir » dans les années ’90. Depuis 2007, il tient un blog « On a des choses à se dire » http://blog.pickme.be/ où il se fait observateur de la vie politique belge.

Talleyrand disait en 1831 : « Les événements de la Belgique sont bien compliqués ». C’est donc dans le but d’éclaircir l’histoire conflictuelle de notre jeune pays que Charles Bricman a saisi la plume, une plume claire et vive.

Le journaliste nous ramène en 1968, à l’époque du « Walen buiten », puis des gouvernements de Wilfried Maertens, du fédéralisme, du faux (et tant décrié!)  journal télévisé de 2007 qui consacrait la scission de la Belgique ; enfin, il évoque la figure d'Yves Leterme. Il tente aussi de comprendre la culture flamande et évoque les différences entre Wallons et Flamands

Même si je suis plus jeune que l’auteur, ce dernier me renvoie à mes propres souvenirs d’enfance. Le livre est limpide. Il sera lu avec un profit particulier par tous ceux que le phénomène « Belgique » intéresse et qui se sentent concernés par la longue crise qu’elle a connue depuis les dernières élections en juin 2010.

L’auteur conclut : « La Belgique est condamnée à survivre » : ses communautés sont inséparables car elles n’ont qu’un seul cœur, Bruxelles. Il assure aussi qu’entre Wallons et Flamands, il n’y a pas de haine, seulement de l’incompréhension. Puisse-t-il avoir raison ! 

Charles Bricman

Charles BRICMAN, Comment peut-on être belge ?, Paris, Flammarion, « Café Voltaire »,  2011, 128 p.

 

Elio 26 jours